Dark Age Of Grotesque. Index du Forum

Dark Age Of Grotesque.
Une ville... Une vie... Ou tout est possible... Même ce que vous n'auriez jamais imaginer...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Naara [En cours]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dark Age Of Grotesque. Index du Forum -> Hors RP -> Les profondeurs de l'oubli -> Les présentations
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Naara
† Incube †

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2007
Messages: 13
Localisation: Ne sens-tu pas cette main te caresser avec envie assasine?
Masculin
Clan: Les Grotesks au pouvoir!
Race: Incube.
Âme soeur: Maudite soit celle qui le sera...

MessagePosté le: Mer 27 Aoû - 02:49 (2008)    Sujet du message: Naara [En cours] Répondre en citant

Nom :
Sindaé

Prénom :
Naara.

Age :
24 D'apparence mais 31 en réalité.

Sexe :
Masculin.

Orientation Sexuelle :

Bi.

Race :
Incube.

Clan :
Grotesk.

Métier :
Mercenaire.

Description Physique :
Une silhouette fine, élancée, gracieuse, comme un écrin de cristal sortant du moule de la perfection. Ses jambes sont grandes et fines, ses bras musclés ainsi que son torse. Sa peau est pâle et délicate comme la porcelaine.
Ses mains, aux doigts longs et fins, sont d'une grande délicatesse.
Son visage, création de Dieu, de forme triangulaire arrondie, reste le plus beau partit de sa personne. Sa bouche est petite, avec des lèvres relativement pulpeuses. Trônant par dessus, son nez s'élance légèrement vers le haut.
Ses yeux sont une page de l'histoire couleur saphir. Bleu comme l'océan,ceux ci sont fins et semblent empreint d'une grande tristesse...
Entourant ce visage angélique, une cascade d'ébène descend jusqu'à sa nuque.
Son cou est entouré d'un tribal de fil barbelés, souvenirs d'un passé qu'il préfèrerait parfois oublier.
Vestimentairement parlant, ne parlons pas de style mais d'originalité.
Aucun vêtements particuliers n'est nécessaire, juste un mélange d'un tas de chose, jusqu'à ce que cela lui plaise.

Caractère :
Le cœur de Naara semble fermé comme une prison dont on aurait perdu la clé. Son histoire est douteuse, saccadée, comme des bribes d'un conte lointain effacé par le temps, les années qui passent.
Ses gestes sont timides, ses avancées peureuses, il est quelqu'un de très pénible en amour. Par contre, si vous le croiser sur un terrain de combat, Naara saura se montrer à la hauteur. Rapide, efficace, il déteste perdre et vois la mort comme un payement de son dur labeur. C'est un combattant acharné, agile, puissant.
Pourtant derrière cette façade d'homme dur, froid mais puissant, se cache un Incube. Lorsque sa vraie nature se réveille, Naara devient un dragueur invétéré. Il pourrait avoir n'importe quelle femme à ses côtés. Ce "lui" est quelqu'un qui s'y croit, et qui use de ses capacités en combats pour faire le puissants.

Mes descriptions sont courtes. Pour connaitre un personnage, rien de tel que de le rencontrer, non?


Armes :
Une épée à lame large. [Buster]



Familier :

Une chatte qu'il appelle Eve.
Son caractère est froid, discret, chétif. Très proche de son maître.
Elle ne se sépare jamais de son collier qu'il lui à offert.
Enfant, pour rigolé, Naara l'avait embrassé sur le bouche, et celle ci pris alors l'apparence d'un chat ailé.



 

_________________


Dernière édition par Naara le Mer 27 Aoû - 15:50 (2008); édité 4 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 27 Aoû - 02:49 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Naara
† Incube †

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2007
Messages: 13
Localisation: Ne sens-tu pas cette main te caresser avec envie assasine?
Masculin
Clan: Les Grotesks au pouvoir!
Race: Incube.
Âme soeur: Maudite soit celle qui le sera...

MessagePosté le: Mer 27 Aoû - 15:50 (2008)    Sujet du message: Naara [En cours] Répondre en citant

Histoire :


Prologue : Adam & Eve




"Croque donc la pomme, Eve.
Et détruit l'Humanité Originelle.

Croque donc la pomme, Eve.
Fais disparaitre ce monde qui n'a lieu d'être sans lui.

Croque donc la pomme, ma douce, ma tendre Eve.
Accepte le Pacte de l'éternelle félicité.
Accepte de mourir avec ce monde malade."


Et si le serpent avait fait croire à Eve qu'Adam était mort, pour assouvir sa soif de puissance?
Et si la faute d'Eve, la destruction du monde parfait, de l'utopie, n'était en fait que manipulations amoureuses?
"Et Eve croqua la pomme."


Deux amants puissamment épris l'un de l'autre sont aisément manipulables. L'amour est manipulable. Adam et Eve sont les premiers à l'avoir compris.

Connaissez-vous leur histoire?
Deux amants, le premier homme et la première femme vivaient en Utopie, dans un pays merveilleux créer par Dieu lui même. Cette histoire est celle des premiers hommes !
Dans ce pays, une seule règle existait : Ne pas gouter aux fruits défendus. Ces fruits étaient de belles et juteuses pommes. Autour se trouvaient des millions de fruits plus beaux mais pourtant moins attirants. Qu'il était puissant le désir de gouter l'interdit.
Eve, trompée par un serpent, croqua l'une de ces pommes. S'en suivit Adam.
Lorsque Dieu découvrit l'acte des humains, il les força à intégré un monde différent. Un monde empli de races différentes. Un monde ou la femme enfante dans la douleur.
Pour les punir de leur actes, Dieu les transformèrent en Incube et en Succube.
Tel était leur terrible châtiments.
Ils s'aimaient. Ils s'embrassaient. Ils saignaient.

Eve, comment as tu pu croire qu'Adam mourrait si aisément?
Pourquoi as tu croquer la pomme?
"L'erreur est humaine."
Non.
"L'humain est une erreur."

Ce n'était que l'une des façon dont les hommes imaginent leur naissance dans ce monde. Pourtant, quelque part, ce tragique conte semble revivre.

Chapitre premier : Kenta & Luciel



-Dis moi.
-Oui?
-Tu crois à l'amour, même si ça t'es mortel...?


Il y à des années de cela, une jeune femme du nom de Luciel était confronté au destin tragique de Succube. Sans doute l'une des dernières du monde.
Après le terrible massacre qui avait anéanti sa race, Luciel ne savait plus comment vivre. Elle était sans aucun doute la plus belle succube que l'on puisse voir sur cette terre. Et pour cela, elle était trahie. Si un humain voyait cette beauté, c'est évident qu'il comprendrait qu'elle n'est pas humaine. Cela se voyait dans ses yeux, dans sa façon d'être. Ses cheveux d'or étaient tirés par les ficelle de la perfection, aussi lisses qu'un drap de soie étendu sur une plage dorée. Sa peau était hâlée, son regard bleu étincelant, coincés dans ses grands yeux. Son nez fin en trompette quand à lui était aussi droit que celui d'une statue. Ses lèvres, de fines lèvres roses pâles, étaient attirantes comme un poison interdit. Dieu sait si ce genre de beauté était impossible, dans une réalité humaine.
Reculée, dans un coin ou personne ne la trouverait, Luciel apprenait à vivre seule. Mais son pouvoir était la, présent, au fond d'elle. Elle ne pouvait le nier, et dès qu'elle voyait un homme Luciel ne pouvait s'empêcher de lui faire de nombreuses propositions indécentes. Bien qu'elle faillit perdre la vie ainsi de nombreuse fois, Luciel n'abandonna pas ce bien précieux que lui avait fait dieu. La vie est un diamant d'un autre genre. Un bijoux qui est inégalable.

Mais l'histoire commence vraiment quand, un jour, alors que Luciel sortait en promenade, elle rencontra un homme. Il était différent de tout ceux qu'elle avait rencontré jusqu'à présent. Cet homme avait une prestance étonnante.C'était comme si...
Comme si il n'était pas humain.
Sur son cheval, une épée à la main, il souriait. Son sourire était le plus beau que Luciel n'avait jamais vu. Un grand sourire brillant, fier, montrant la beauté d'un homme égal à lui même, un homme qui vit avec ce qu'il est et qui assume son sort.
Son visage était pâle et fin, de forme triangulaire. Ses yeux était fins et bleu comme l'océan. Ses cheveux, noirs comme son cheval, étaient assez longs pour lui couvrir la nuque et même un peu plus.
Soudain, il ria. Le son retentit dans les oreille de Luciel comme un tintinnabulement de clochette, celles qui préviennent d'une entrée au paradis.

Entouré de quelques serviteurs, cet homme se battait contre une espèce de boudin de foin, comme un pantin de combat. A chaque coup d'épée bien placée, les serviteurs applaudissaient.
C'était sans aucun doute un homme riche. Il était bien vêtu. Son haut était une armures légère noires avec de grandes lignes bleues. Derrière les branchage, Luciel ne voyait pas le reste. Elle était là, bouche bée devant ce sourire d'ange. Il était superbe. Etait il réellement humain?

-
Maitre Sindaé, l'heure du repas s'approche.
-Rentrez à la maison, je vous rejoindrais d'ici deux heures.
-Bien.


Et, petit à petit, tout les serviteurs repartirent en calèche. Il ne restait plus que ce "Sindaé", la face à Luciel, qui était pétrifiée pour la première fois de sa vie. Que faisait elle? Ou était son assurance, sa façon direct de faire les choses?
Soudain, l'homme se tourna vers elle, au travers des buissons. Il fit un large sourire et déclara, en rangeant son épée.

-Je ne mord pas, mademoiselle.

Boom...Boom...Boom...

Luciel était tombée amoureuse.
Son cœur s'emballait dans une tornade de sentiments. Un véritable ras-de-marrée.
Alors qu'elle était comme glacée sur place, l'homme avança vers elle, descendit de son cheval et lui tendit la main comme pour l'invité à sortir. Luciel tendit la main très doucement, tremblante. Ses doigts glacés atterrirent dans la main chaude de l'homme.
Soudain, Luciel se rappela ce qu'elle était. Non, elle ne voulait pas faire de lui son esclave, cet homme ne méritait pas cela, il était bien trop beau. Par amour pour son esprit, elle fit de grands yeux terrifiés et tenta de s'éloigner vivement en disant, presque en criant :

-Partez ! Ne me regardez pas !

Mais trop tard. Déjà, l'homme lui tirait la main pour qu'elle tombe entre ses bras, collée à son armure plutôt froide. La main de l'homme vint se glisser dans sa chevelure d'or et il s'abaissa légèrement pour lui murmurer à l'oreille, comme à un animal effrayé :

-Du calme, je ne vous veux aucun mal.

Et de ce fait, Luciel fondit littéralement en larmes.





Depuis ce jour, Luciel et Kenta se voient tout les jours. La succube lui à avouer ce qu'elle était, et l'homme apprit à vivre avec cette idée, car lui était tombé amoureux d'elle. il était fou de cette femme, et ne pouvait rien y faire. Pourtant... Ensembles, ils désiraient un enfant. Luciel n'avait que 15ans mais sa beauté et sa maturité faisait qu'on lui donnait 18 ans. C'est donc sans aucun problème qu'elle passa pour sa petite amie. Ce grand sieur vivait seul et n'avait pas de problème. Mais...
Impossible d'avoir un enfant sans se marier. Et si le pays voyait son visage, Luciel serait tuée très vite.
Tant pis. Il fallait le faire. Il fallait laisser sur cette terre un vestige de cet amour. Luciel et Kenta se marièrent devant le peuple entier, celui ci qui comprit l'affront rapidement.
Alors, déjà, le soir même, Kenta donnait à sa femme le pouvoir d'enfanter dans neuf mois. Un geste délicat, un baiser tendre dans le cou, un désir réciproque, une passion dévorante... Ce fut la première fois que Luciel faisait l'amour aussi bien.
De cet amour naitrait un enfant beau, un enfant aimé...
Neuf mois plus tard, Luciel mit Naara au monde. C'était un magnifique petit garçon, semblable à son père.


Non, bien sur. Neuf mois plus tard... Luciel était épuisée, fatiguée, les hommes du mondes désiraient la tué. La dernière Succube, l'affront de dieu, la honte !
Eve, pourquoi à tu croquer cette pomme !
Luciel se martyrisait elle même. Quand Naara fut mis au monde, c'était d'abord un soulagement, puis un suicide instantané
.
Au début, tout allait mieux. Les villageois commençaient à l'oublier, cette Succube. Après tout, elle n'aurait pas la vie éternelle tant qu'elle se refuserait d'embrasser leur Sieur sur les lèvres. Et pourtant... Une fois que Naara, le frère jumeau de son propre père physiquement parlant, atteint l'âge de 4 ans, ... Tout recommença.
Le suicide était fait. Naara était un Incube. Toutes les petites filles qui s'approchaient de lui finissaient en pâtes molles, stupides. Un petit garçon incube élevé comme un garçon normal... Il était possible que cela tourne ainsi. Mais pas préférable.

C'est donc avec un désespoir des plus grands que Kenta et Luciel prirent la plus dure des décisions de leur vie ; L'abandon de leur propre fils.
Lui laissant le château et les serviteurs masculins, ses parents prirent soin de demander à ceux-ci de lui raconter la vérité. 
Ainsi, Naara serait un homme connaissant son passé, et ayant un temps soit peu de souvenirs de ses parents.

Luciel et Kenta partirent dans des contrées très lointaines, désireux de se faire une nouvelle vie. Un énorme problème se mit au travers de leur chemin; Plus ils s'éloignaient et plus les gens détestaient les succubes.
En dix ans, rien ne changea. Caché par des stratagèmes de plus en plus gros, Luciel et Kenta finirent simplement par disparaitre.
La seule chose qu'il laissèrent derrière eux fut une petite humaine née 14 ans après Naara, une petite fille. Leenalee...


Chapitre second : Naara & Emy



-Naara?
-Oui?
-Tient, goûte cette pomme.


Alors qu'il n'avait que 4ans, Naara se retrouva seul, élever par des domestiques. En grandissant, on lui racontait l'histoire d'Adam et Eve chaque soir. C'était devenu son histoire préférée, et il la réclamait chaque jour. Pourtant, ce conte n'était pas le sien. Pas encore.
Voyant toutes les filles se transformer en esclaves à cause de lui, les domestiques lui firent donc prendre des cours scolaires par un tuteur à domicile. Jamais, pendant dix ans, Naara n'eut à sortir hors de sa propriété. Cette période de sa vie n'est pas à conté. L'importance n'y à pas lieu, ni pour lui ni pour personne. Chaque jour se ressemblait, il se levait, apprenait, mangeait son gouter puis jouait seul jusqu'au repas du soir, avant d'aller se laver puis d'aller dormir.
Du moins, il y a bien un évènement. Un jour, alors qu'il avait 10ans, Naara trouva un chat abandonné qui avait réussit à entrer dans son jardin. Ce chat semblait l'aimer.
Naara l'appela Eve, puisqu'il s'agissait d'une femelle.

-Eve, sa te va?
-Meow?


Et le petite garçon posa ses lèvres sur la bouche du chat, qui attrapa des ailes étranges.
C'est d'ailleurs depuis peut être ce jour que Naara se rend compte de la force de son pouvoir. Aucune limite. Juste celle de la mort.

C'est donc en ayant sa encré au fond de lui que Naara entreprit de combattre. Il prenait des cours et s'entrainait durement. A partir de ses 10 ans peut être y a il eu cet évènement. Mais son plus grand souvenirs remonte à ses 14ans. Oui, c'est bien ça...

Il avait eu 14ans peu de temps auparavant. Sa vie se limitait au combat, à l'école, et à Eve. Naara ne connaissait aucune femme ni aucune fille de son âge. Il y avait bien en lui les bribes de son passé, une image floue de sa mère... Mais c'était tout. Seules les peintures de sa propriété, abimées, lui avait montrer les courbes de la féminité. Quelle honte, pour un Incube. Et il avait finit par comprendre cette honte.

C'est ainsi que sa décision fut prise. Il fallait sortir de ce château. Voir ce qu'il se passait dehors. Même si ce n'était qu'une journée. La vie ne pouvait décemment pas se limité à ce qu'il en connaissait. Ce bien, que même sa chère mère tenait en profond amour, elle avait même abandonné son fils pour la vie extérieure. Naara n'était qu'un enfant, il était curieux et voulait tout connaitre. Mais peut être n'aurait il pas du, se jour là, sortir de chez lui sans que personne ne le sache.
Usant d'un stratagème des plus fins, Naara avait usé de son véritable statut de chef de famille, et avait donné congé à tous ses domestiques.Car même si ceux ci retiraient de l'argent sur son compte comme ses parents le faisaient, il faut savoir qu'a 14 ans il était devenu assez mature pour guider sa maison, et n'avait plus réellement besoin d'être lui même guidé.
Enfin, cette fois ci, il aurait du l'être. Sortir ainsi de chez lui, foncer vers l'inconnu, non, il n'aurait pas du.





Il était dix heures du matin. Le soleil n'était pas encore très haut dans le ciel. Sa lueur puissante écrasaient les nuages qui osaient se mettre au travers de son chemin. Le ciel était d'un bleu éclatant. Pourtant, la ville était vide en ce début de belle journée. C'était la fête du village, et tous était réunit sur la place centrale. Le parc était un des lieux les plus abandonné, en ce jour.
D'un pas amusé et joyeux, suivit d'Eve, Naara marchait vers cet endroit qu'il rêvait de voir. Mais quelle merveille ! L'entrée était un grand tunnel de feuillus, filtrant la lumière chaude qui illuminait cette ambiance chaleureuse. Le sol était sec et chaud. Naara marchait calmement, il aimait cette entrée.
Mais ce n'était surement pas la plus belle chose qu'il aie vu.
Non, puisque cette chose était non loin. Là, assise sur un banc, une jeune femme était assise. Vêtue d'une grande robe bleue foncé, elle était une merveille vivante. Du moins, même si sa beauté était grande mais nulle à côté de Naara, lui la trouvait somptueuse. Au dessus de sa tête se tenait un petit chapeau sur le côté, comme un signe de distinction. Entouré d'un fin ruban de soie noir, ce chapeau bleu était adorable. La demoiselle, assise, tournait dos à Naara. Il ne voyait donc que sa chevelure noire. De longs cheveux noirs attachés en une grande tresse qui passait de l'autre côté.
Ses mains gantées étaient posées sur ses cuisses, recouvertes d'une fine robe de soie bleue. Son haut était un corset de même ton. Naara s'arrêta. Droit, il la regardait. Il était passionné par ce tableau, cette beauté.
Le temps ne lui laissa pas la joie de contemplé cela plus longtemps. 
Un grand vent se leva, un vent chaud. Les cheveux de la demoiselle s'envolèrent comme des millions d'étoiles dans un courant de lumière. Son élastique lâcha et les cheveux ondulés partirent en direction du vent. Ondulant telles des vagues au rythme de la brise, la jeune femme se retourna pour les capturé à nouveau et naara pu enfin voir son visage. Il était ovale, légèrement rond. Sa peau était très pâle, mais pas autant que celle de Naara. Ses yeux étaient immenses, et attirant comme une mer qui appelerait le marin à la noyade. Elle eut un sourire naturel, de ses fines lèvres pâles. Son nez en trompette n'était pas parfait mais agréable à l'oeil. Quelques mèches bouclées retombaient sur son visage, formant une belle frange.
Naara... Avait l'impression d'avoir déjà vu, vécu, se sentiment...

"Boum...Boum...Boum..."
 
 
Il ne se souvient plus exactement comment il avait fait, comment avait il oser, mais Naara s'était assis à côté de celle qui l'avait enchanté. Il était là, à quelques centimètres d'elle. Sa délicates odeur printanière l'invitait à parler, mais Naara se sentait gelé sur place. 



Chapitre troisième : Naara & Leenalee


 
Quelques jours après cela, Naara reprit le travail comme d'habitude. Rien ne devait changer. Cette personne n'aurait pas d'influence sur lui, hors de question de faire la même erreur que ses parents. Naara reçut donc une nouvelle mission. Cette fois, il devrait tuer un certain membres du clan Azila. Mh, un simple civil qui aurait apparemment vu quelque chose de dérangeant. Cela signifiait que soit le boulot serait simple et l'homme n'aurait encore rien fait... Soit il avait déjà tout balancé de ce qu'il avait pu voir et il était chez lui gardé par une magicienne de combat puissante. Ou un guerrier mais cela arrivait rarement, étend donné que les magiciennes leurs permettent de dormir tranquillement grâce à leurs sorts. Naara sourit en lisant la demande, tout en immaginant à quelle folle de ses magiciennes il aurait peut-etre bien affaire. Notez bien, pour lui il était bien moins simple de tuer ce genre de personne qu'un homme mais ses femmes lui mettait le piquant dont il avait besoin en ce moment.
En passant les détails, Naara devait être prêt là bas a Minuit. Ramener le corps si posible à Cinq heures.

C'est donc à ses environs que Naara arriva. Il voyait, en haut, près de la fenêtre, la magicienne en question. Elle scrutait l'horizon mais semblait encore jeune et innocence. Naara trouvait qu'elle lui ressemblait, mais enfin bon, sa beauté n'égalait pas Emy.
En y repenssant, une montée de colère l'assahit. Son visage, sa peau, sa douceur. Naara en avait assez. Une fois que la demoiselle tourna le regard, il entra le plus silencieusement possible par la fenêtre.
C'était un coup de chance que quelqu'un avait attiré l'attention de la petite sorcière. Enfin, quand celle ci se retourna et l'aperçut, elle sembla surprise mais pas autant que lorsque Naara tenta de l'embrasser.
Sa colère le forçait à faire vite. Il lui agrippa le menton et voulu l'embrasser. Il remarqua sa frimousse amusée et charmante, elle lui ressemblait ...en version naïve et puérile.

-Désolé ma belle, le boulot c'est le boulot.
-Désolé chéri, le boulot c'est le boulot! Hiiihii~


Hein? Que disait elle? Soudain, elle secoua son maudit bâton et Naara eu un gros trou noir. Il retomba lourdement au sol. Là, Naara ne rêvait pas. Il se sentait engourdit, dans un noir profond, mais calme. Sa colère avait disparu. C'était bien un sort de sommeil. Mais quelle étrange magicienne ferait se genre de sort? Naara dû user de beaucoup de volonté pour arrivé à ouvrir l'œil. La demoiselle, apparemment rouge vif, venait de remarquer sa beauté et avait été déstabilisée. Il en profita pour se relever et récupéré sa colère.

-Rah, sale petite peste...
-Oh, mince, la boulette, il se réveille déjà?! Allez hop, hop, hop, au dodo !
-Pas question ! 


Cette sale petite peste était vraiment agaçante, avec sa voix fluette et sa façon d'être gamine. Enervé au plus haut point, Naara lui agrippa le visage et l'embrassa immédiatement.

"D'après les légendes les plus grandes, on dit que les Incubes sont tous morts. leurs pouvoir était de rendre pathétique leurs esclaves les femmes. Celles qu'ils embrassaient et avec lesquelles ils nouaient un Pacte.
Certains historiens pensent qu'entre Incubes et Succubes le sang coule. D'autres pensent que cela n'arrivent pas. Et d'autres encore pensent carrément que si ils sont liés d'une façon ou d'une autre, le sang coulera tout de même. "

Et le baiser prit gout à Naara. Les lèvres de la demoiselles étaient légèrement sèche et malgré tout assez douces. une odeur de fraise délicieuse s'échappait d'elle, comme ci elle s'était ensorcelé gout fruits des bois. Pourtant, ce baiser agréable fut plus dangereux pour Naara avant de l'être pour elle. Au début, c'était juste un mauvais gout qui s'étendait. Mais bientôt, du sang jaillit de la bouche de Naara. Une fraction de seconde après, cela venait de la magicienne. Tous deux s'écartèrent l'un de l'autre, se fixant.

-Qui es-tu? Demanda enfin Naara.

-Je... Je m'appelle Leenalee Sindaé. Enfant adoptée du compte Hundorf. Et vous? Répondit elle.
-Leenalee... Ainsi c'est toi?

Naara la fixait d'un air froid et lugubre. Il savait qui elle était réellement. Un jour, il se rappelait qu'un de ses domestiques avait accouru dans la maison pour dire à tout le monde que la petite Leenalee, la file du noble d'un pays frontalier, qui était destinée à un grand roi était en fait une enfant adoptée. La rumeur du mariage s'étend, d'abord. Ensuite, une nouvelle apparut : Les parents de la demoiselle serait la fameuse succube et le traitre. Elle serait la sœur humaine de Naara.
Bien sur, tant qu'auun d'entre eux n'aurait contact avec elle, ils décidèrent de l'oublier. Mais maintenant c'était trop tard. Naara lui avait "avouer" en quelque sorte la connaitre. Et une enfant adoptée ne lâche pas aussi aisément son passé quand il lui apparait. 


-Eh ben ouais c'est moi ! Et toi, qu'est-ce que tu es? Tu embrasses des femmes puis tu aspires leur sang ? T'es un vampire?

Naara leva les yeux et visa encore l'effrontée qui ne cessait de l'ennuyer. Ce qu'elle était énervante. En même temps, elle ne connaissait vraiment rien de son passé. Puisqu'elle ne connaissait pas l'existence des incubes.

-Pour commencer, je suis un mercenaire. Et j'ai du travail.


Naara en avait plus qu'assez de ce petit jeu. Il allait commencer par l'ignorer.D'abord, il dégaina son épée avec force et rapidité. D'un pas bref, Naara courut vers le lit ou dormait paisiblement, sans doute grâce à un sort, sa victime.
Mais, se mettant encore au travers de son chemin, la peste le stoppa avec son bâton. Sans doute un sort de puissance, rah ce qu'elles étaient énervantes ces femmes.

-Enchantée, mercenaire ! Je suis une magicienne de combat. Je ne tolèrerais pas qu'un vampi... Commença elle.
-Je suis un incube, IDIOTE ! Ne me compare pas à ces affamés de la chaire ! Tu ne connais même pas ton frère ma parole? Répondit Naara, emporté et enervé.
-HEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEINNNNN?????  

Naara se marmonna un bon tas de mots grossiers avant de soupirer largement. Il avait lâché tout. Quelle galère. Mais bon, Tant pis. Profitons-en.
D'un geste rapide, Naara la poussa et continua sa course pour enfin fendre le corps. Enfin, boulot effectué. Néanmoins, si la demoiselle l'avait prit au sérieux, il aurait pas mal d'explications à donner...
Lorsqu'il releva la tête, il vit le visage de la peste et comprit : Une explications brève se devait d'être faite pour l'instant.          
 
Sans se rendre compte que le sang avait un peu giclé, Naara rangea son épée et s'avança vers elle. D'une voix calme, il commença, bien qu'un peu énervé encore.

-Tu vois ce sang qui à couler ?
Commença il. C'est la preuve que tu es Leenalee Sindaé. Fille de Luciel et Kenta.
-Ce... Ce sont les prénoms de mes parents?
-Tsss. Ils ont réussit à faire une humaine, j'y crois pas... *Stupide, en plus*
-Pourquoi, je devrais être quoi?
-Qui sait. Ils ont bien fait le dernier Incube sur cette terre.
-Comment t'appelles tu?

Là, Naara lui lança un regard froid et se présenta, en insistant sur son nom de famille.

-Mon nom est Naara. Naara Sindaé. Enchanté, sœurette.

Soudain, la demoiselle s'effondra. Naara ne réagit d'abord pas mais il ne comprit pas réellement ce qui se passa lorsqu'il vit la main de la demoiselle se tendre vers lui, avant de tomber dans le néant. D'un geste tendre, il la rattrapa et laissa la corps ou il était.
Naara la déposa chez lui, demandant au domestiques de prendre soin d'elle. En attendait, il irait finir sa mission.

Le trou noir de Leenalee dura deux jours et presque trois nuits. Chaque Nuits, Naara oubliait son travail pour resté près d'elle. Comme ci, bien qu'il n'y aie pas eu de pacte, leur fraternité les forçaient à s'apprécier.
C'est donc une nuit, quand Leen se réveilla, que Naara c'était endormit à son chevet. La demoiselle sourit mais Naara ne le sut jamais. Depuis ce jour, ils vivent parfois ensembles, cela dépend d'où la demoiselle désire dormir.
Elle l'aide pour certaines missions, même si Naara ne la comprend toujours pas; il lui doit le rôle de frère qu'il n'a pas eu pendant des années.

Leen est la seule à savoir pour Emy. Personne d'autre. Une sorte de lien indestructible les liaient donc maintenant. 

    

_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:49 (2017)    Sujet du message: Naara [En cours]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dark Age Of Grotesque. Index du Forum -> Hors RP -> Les profondeurs de l'oubli -> Les présentations Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com